Quantcast
Document sans titre
Suivez nous sur  
Inscrivez vous à notre newsletter

NOUVEAU SITE
Autres
Obama défend les valeurs et les intérêts des Etats-Unis en Afrique


Barack Obama et son homologue kényan Uhuru Kenyatta, le 25 juillet à Nairobi. Crédits : SIMON MAINA / AFP
Source : Le Monde Afrique
Date : lun. 27 juil. 2015
» Plus d'actualités
» Les plus lues
» Les plus commentées
Imprimer cet article


Le symbole et la photo souvenir bien plus que des annonces inédites. Après le Kenya, Barack Obama poursuit sa tournée africaine par l'Ethiopie, où il est en visite du 27 au 28 juillet. Dans un discours mardi au siège de l'Union africaine, à Addis Abeba, le président américain devrait rappeler les grands axes de sa politique vis-à-vis du continent : la démocratie et les droits de l'homme, la sécurité, avec notamment la lutte contre le terrorisme, et les investissements, dans un contexte économique et commercial dominé par la Chine.

Mais l’étape d’Addis Abeba est avant tout symbolique. Elle représente d’une certaine manière les « adieux » de M. Obama à l’Afrique en tant que président des Etats-Unis – il quitte la Maison Blanche dans dix-huit mois, et il est peu probable qu’il retourne en Afrique d’ici-là. Pour lui, le meilleur interlocuteur, le plus représentatif du continent pour ce dernier contact, ne pouvait être que l’assemblée de l’Union africaine.

Voyage « personnel, intime »

C’est cette même tonalité symbolique qu’il faudra retenir de la visite de Barack Obama au Kenya, le pays natal de son père. Pendant trois jours, Barack Obama a joué de la dimension « personnelle, intime » de ce voyage officiel en rappelant à l’envi ses origines kényanes et des anecdotes de son premier séjour dans le pays, il y a trente ans. Il s’est longuement prêté à cet exercice, dimanche 26 juillet, devant 5 000 personnes – parmi lesquelles de nombreux étudiants – dans une arène du complexe sportif Moi de Nairobi

« Le fils », « le frère » venu d’Amérique semble aussi avoir voulu saisir l’occasion pour « parler en famille » de démocratie et de paix, de développement et de santé. Des thèmes qu’il a déjà évoqués lors de ses voyages antérieurs en Afrique – Egypte, Ghana, Sénégal, Afrique du Sud et Tanzanie– mais qui, au Kenya, ont une forte résonance, précisément parce qu’il est en partie l’« enfant du pays ».

« Le plus grand obstacle à la croissance du Kenya est la corruption »

Si le Kenya est perçu comme un moteur de croissance en Afrique de l’Est – plus de 6 % prévus pour 2015 –, il est aussi rongé par la corruption. L’ONG Transparency International le classe 145e sur 175 dans son indice. « Le plus grand obstacle à la croissance du Kenya est la corruption, a lancé M. Obama devant son homologue Uhuru Kenyatta, venu lui aussi l’écouter. Elle est répandue ici parce que tout le monde estime que c’est quelque chose de normal. » Le président américain a même parlé d’un « cancer » qui coûterait l’équivalent d’au moins 250 000 emplois chaque année au pays.

D’un ton paternaliste, volontiers moralisateur, il a dénoncé les menaces sur les droits de l’homme et les discriminations à l’encontre des minorités, notamment des homosexuels, qui risquent jusqu’à quatorze ans de prison au Kenya. « Lorsque vous traitez les gens différemment, ces habitudes s’installent et finissent par détruire une société », a-t-il indiqué avant de dénoncer « certaines mauvaises traditions (...) qui doivent changer ».

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/07/27/768x0/4700676_6_d786_a-nairobi-le-23-juillet_baaa31a78e8e32d59b53c23a7693d656.jpg

A Nairobi, le 23 juillet.A Nairobi, le 23 juillet. Crédits : SIMON MAINA / AFP

Mais Barack Obama n’était pas seulement venu faire la leçon aux Kényans et à l’Afrique : il était aussi en voyage d’affaires. « La Chine a pris une énorme avance en Afrique par rapport aux Etats-Unis, commente Aly Khan Satchu, analyste financier à Nairobi. Cette tournée visait à rattraper ce retard. » Les échanges commerciaux des Etats-Unis avec l’Afrique sont estimés à 73 milliards de dollars (66 milliards d’euros), loin derrière les 200 milliards de dollars entre la Chine et l’Afrique. Barack Obama a indiqué que cette offensive serait portée par des investissements dans les nouvelles technologies, l’énergie et les infrastructures, sans pour autant dévoiler d’annonce concrète.

Lors de son discours de Nairobi, M. Obama a réitéré le soutien de son pays au Kenya dans la lutte que celui-ci mène contre les djihadistes d’Al-Chabab, liés à Al-Qaida. « Les Etats-Unis vont lutter main dans la main avec le Kenya contre le terrorisme », a-t-il promis, alors que des troupes kényanes sont engagées au sein de la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom) et que le pays a été la cible de plusieurs attaques. En mai dernier, les Etats-Unis avaient débloqué 100 millions de dollars en faveur du gouvernement kényan pour des équipements, la formation et le renseignement, mais aucune annonce supplémentaire n’a été faite lors de ce voyage.

L’Ethiopie, dont plus de 4 000 soldats combattent au sein de l’Amisom, est un autre point d’ancrage du dispositif antiterroriste des Etats-Unis dans la Corne de l’Afrique. M. Obama doit y évoquer les mêmes enjeux sécuritaires avec le premier ministre Hailemariam Desalegn et les dirigeants de l’Union africaine.




PUBLICITE

Autres articles
Tourisme et Emergence au Sénégal  Educarriere Sénégal  - mar. 16 fév. 2016
En Afrique du Sud, la première femme noire à la tête d'un navire militaire veut faire des émules  Le Point  - mer. 16 déc. 2015
Près de 450 sapeurs-pompiers mobilisés pour le Magal  APS  - mar. 01 déc. 2015
Afrique du Sud: Desmond Tutu toujours à l'hôpital  Le Soir  - jeu. 27 août 2015
KOLDA : Deux adolescents meurent noyés dans le fleuve Casamance  APS  - mer. 12 août 2015
 
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Créer un compte CV


    TOP ARTICLES DE LA SEMAINE


Les plus lus
Les plus commentés



Actualités Emploi Formation Entrepreneuriat Nos Concepts Nos Services
Global Management Challenge
Guide de l'Entrepreneur Les Trophées de l'Excellence
Investir en 2012    
Economie & Finance E-Business Plan    
Sciences et Technologies DRH Corner      
Sports Conseils RH      
Politique          
Santé          
Arts et Culture          
Copyright © 2004-2013 - Educarriere.net - Tous droits réservés
Contacts : +237 33 42 95 23 +237 94 01 41 94 - Email : sn@educarriere.net