Quantcast
Document sans titre
Suivez nous sur  
Inscrivez vous à notre newsletter

NOUVEAU SITE
Education et Formation
REFLEXION SUR LA FAIBLESSE DE NIVEAU ET ÉCHECS MASSIFS DANS LES ÉCOLES SÉNÉGALAISES

Source : SudOnline
Date : lun. 01 juin 2015
» Plus d'actualités
» Les plus lues
» Les plus commentées
Imprimer cet article


Parmi les solutions préconisées pour redresser la situation de la baisse du niveau des élèves, M. Gassama, instituteur, soutient qu'elles doivent se faire dans la durée. «Il faut dans un premier temps, asseoir certaines notions au niveau des petites classes, qui est la base. Tant que dans ces petites classes, on ne mettra pas des enseignants consciencieux qui ont un certain sens de responsabilité, on continuera à avoir des problèmes». Pour lui, l'Etat doit insister sur la formation continue des enseignants. «Quand il y a des innovations, il faut des mesures d'accompagnements. Le curriculum est là, il n'y a aucune mesure d'accompagnement. Par rapport aux innovations, il faut toujours faire l'accompagnement. Un enseignant doit être continuellement formé». Il invite l'Etat à se pencher plus sérieusement sur la réalité du terrain. « Il faut que les autorités puissent descendre dans les écoles afin de voir dans quelles conditions les enseignants travaillent, parce que ce n'est pas facile», dit-il.

C’est un point de vue partagé par l’inspecteur de l’éducation Mame Séllé  Ndiaye,  et qui est destiné  aux  maîtres qui sont sur le terrain et qui manquent d’expériences. «Nous avons eu une formation continue, ça veut dire qu’ils s’organisent à suivre les formations pédagogiques et sont encadrés par des inspecteurs de l’enseignement, par des  directeurs d’écoles. Mais aussi la formation diplômante des enseignants, c’est-à-dire que les enseignants qui n’avaient pas encore la  qualification, le diplôme professionnel, le Cap, sont repris au niveau des Centres régionaux de formation de professionnels de l’éducation (Crfpe), pour être recyclés, reformés encore afin d’obtenir une meilleure qualification». 
 
Au niveau administratif, on souligne  déjà  les mesures qui ont été prises dans le cadre du Partenariat pour l’amélioration de la lecture et des mathématiques à l’école élémentaire (Palme). Mais, selon M. Ndiaye, il y a d’autres solutions  qu’il  urge d’appliquer comme entre autres  «la révision du mode de recrutement des enseignants et d’ailleurs,  l’Etat s’est engagé dans cette voie par l’organisation d’un concours beaucoup plus transparent, beaucoup plus rigoureux, le recrutement des élèves- maîtres.  Cette année, nous qui étions dans ce processus, nous avons constaté que,  plus de 80%  de ces élèves-maîtres qui ont réussi  au concours, ont, un niveau académique supérieur au Baccalauréat. Nous avons eu à faire des entretiens avec des étudiants qui étaient en Master II, d’autres qui étaient en licence. Nous avons vraiment de très bons profils». «Pour dire que le concours a été beaucoup plus sélectif, beaucoup plus sérieux dans le mode de recrutement. C’est dire que, c’est un aspect que l’Etat est en train de réussir», a justifié l’inspecteur Mame Sellé Ndiaye.
 
Les inspecteurs  et autres directeurs  à la  retraite sont mis à contribution  dans  le  cadre de la recherche  de solution note M. Ndiaye, «l’intervention des personnes ressources tels que les directeurs et les inspecteurs  à la retraite dans le cadre du Palme qui intervient pour renforcer les enseignants. Mais également, d’autres personnes ressources, les étudiants qui sont dans les quartiers pour appuyer davantage les élèves pendant les week-ends et les après-midis où il n’y a pas cours». 
 
En plus de cela, et  selon l’inspecteur Mame Sellé Ndiaye, l’Etat s’est engagé également à mettre à la disposition de tous les élèves, des manuels de lecture, de mathématiques et d’éveils. «En ce qui concerne les matériels didactiques, il existe des  formations qui sont déroulées pour aider les enseignants à mieux pouvoir utiliser les matériels didactiques. Je pense même aux matériels d’activités  géométriques, comment utiliser par exemple dans des activités de construction, les outils dont on dispose».    Pour ce qui est du manque de matériels, «il faudrait davantage que les collectivités locales qui ont la charge d’accompagner les élèves avec la loi portant sur la décentralisation, s’orientent plus vers l’accompagnement au niveau de la qualité», a-t-il suggéré. 
 
DES RESPONSABILITÉS  PARTAGÉES, SELON LES SYNDICALISTES
 
MAMADOU LAMINE DIANTÉ, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA SAEMS-CUSEMS  : «On a de plus en plus  tendance à  aller vers une pédagogie de l’échec»
 
Les enseignants refusent  d’endosser la responsabilité  de ces échecs massifs  et  de la baisse  de niveau. Ils dénoncent plutôt la désorganisation du secteur et les conditions matérielles d’enseignement  qui seraient à l’origine de ces mauvaises performances. Le secrétaire général du Sames-Cusems  et coordonnateur  du Grand Cadre, Mamadou Lamine Dinaté, reconnait les mauvais résultats  mais les met sur le compte du déficit d’enseignants et de salles de cours qui obligent les chefs  d’établissement à réduire de fait des horaires  hebdomadaires prévus pour chaque  matière.  « Globalement, on est autour de 33-34% de réussite au Baccalauréat et du Cfee, c’est-à-dire, qu’il y a 66% d’échecs. Ces résultats qui ont baissé, c’est moins le fait des élèves ou le fait des enseignants, mais le fait qu’on n’a pas mis en place un système de pédagogie de la réussite », a souligné M. Dianté. Avant de renseigner : « en revanche, on a de plus en plus  tendance à aller vers une pédagogie de l’échec. Parce qu’aujourd’hui, quand vous regardez les conditions d’apprentissage des élèves, avec des effectifs partout pléthoriques, cela  impacte sur le taux d’encadrement des élèves ».
 
«  Dans le moyen secondaire, dans certaines disciplines comme par exemple, les mathématiques où les élèves doivent faire cinq heures de mathématiques hebdomadaires, mais à cause des déficits des salles de classe ou des enseignants de mathématiques, ils se contentent de deux heures ou trois heures hebdomadaires. Il est clair qu’ils ne peuvent pas terminer un programme », précisé-t-il.
Dans son explication M. Dianté revient  également  sur les conditions  et le niveau de  recrutement  des  enseignants  pour  souligner un faisceau de faits qui altère la qualité  de l’enseignement  et diminue  les conditions de performances, «depuis les années 90, les enseignants sont recrutés de plus en plus  par la voie de la vacation et de la contractualisation pour l’essentiel au moins les 2/3 des enseignants.  Ils rentrent dans le système éducatif sans formation initiale. Ce sont des gens qui se forment sur le tas. Ils  parviennent, tant bien que mal, à travers une formation à distance dont la qualité est peut être discutable d’ailleurs, à arriver à obtenir leur diplôme » explique-t-il. 
Le syndicaliste pointe du doigt, une méthode pédagogique dite des grands groupes, préconisée pour  faire face  à la question des effectifs pléthoriques  et du manque de matériels  didactiques. Or, il se trouve  que cette  méthode n’est pas prise en compte dans la formation initiale dans la plupart des enseignants  et il s’y ajoute  que la logistique nécessaire à sa mise en œuvre (ordinateurs, rétroprojecteurs, tableaux mobiles entre autres)  fait défaut dans la plupart  des écoles. 
 
«L’autre élément, ce sont les conditions de travail puisque depuis une quinzaine voire une vingtaine d’années, la Fastef développe ce qu’on appelle la «pédagogie des grands groupes». Mais pour cette pédagogie des grands groupes, il faut en avoir fait la formation, l’assimiler pour pouvoir travailler dans les conditions  des classes  à effectifs pléthoriques.  Et pour les enseignants qui ont ces effectifs et qui n’ont pas la formation initiale, ils seront incapables de gérer ces classes», dit Mamadou Lamine Dianté.  Pour  lui, l’autre élément imputable à tort ou à raison aux enseignants, ce sont les grèves, mais cela  relève plus de la responsabilité de l’Etat qui, depuis  une  dizaine d’années, a cette propension à ne pas respecter les accords signés avec les syndicats d’enseignants.
 
ABDOU FATY, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU SYNDICAT DES ENSEIGNANTS LIBRES DU SÉNÉGAL (SELS) : «Les enseignants pour la plupart ne sont pas bien formés avec le curriculum»
 
Au niveau de l’élémentaire, c’est le même problème qui se pose  avec l’introduction d’une  nouvelle  méthode basée sur le curriculum et pour laquelle  la plupart des acteurs n’a été formée. Pour Abdou Faty, « le système a été rattrapé par la généralisation du curriculum, c’est-à-dire de l’enseignement de l’approche par les compétences ».
«Parce qu’on a mis la charrue avant les bœufs. C’est-à-dire, qu’il n’y a pas assez de documents, du CI  au Cm2 qui accompagnent  l’approche par les compétences du curriculum. Dans beaucoup d’écoles au Sénégal, les documents de la 3ème étape, ne sont pas disponibles. Cette réforme majeure qui doit s’accompagner du matériel didactique, dans beaucoup d’écoles, il n’y a pas d’électricité. Les enseignants pour la plupart ne sont pas bien formés avec le curriculum. Parce que l’Etat n’a pas mis les moyens pour que les enseignants soient formés sur l’échelle du territoire national. Donc, contrairement  à ce qui est prévu, ils enseignent les anciennes méthodes, c’est-à-dire les approches globales. Or, les enfants sont évalués avec la nouvelle méthode  qui est  l’approche par les compétences, le curriculum. Conséquences : les enfants n’ont pas le niveau. Et même temps, les enfants qui sont dans les écoles, sont perturbés. Parce qu’il y’a des enseignants qui ont un peu de capacité par les nouvelles approches du curriculum… D’où une baisse de niveau extraordinaire. De telle sorte que les enfants quand ils vont au moyen secondaire, ils trainent beaucoup de lacunes. Au moyen secondaire, on se retrouve même avec des enfants qui ne savent pas lire en 6ème. L’Etat n’a pas mis les moyens pour qu’effectivement les enseignants soient formés. C’est sa responsabilité...», s’indigne M. Faty. Pour lui, « l’Etat doitFINANCER la formation entière sur ce curriculum au lieu de s’arrêter à l’organisation de séminaire où formateurs et stagiaires émargent juste pour encaisser des perdiems et retourner à leurs vieilles pratiques ».
 
«Aujourd’hui, ce qu’on doit faire, c’est, de manière régalienne, que l’Etat mette les moyens pour la formation totale au niveau du Sénégal et évalue la formation. Ce n’est pas seulement donné de l’argent pour des séminaires et les gens touchent les perdiems, sans évaluation, ni suivi. Qu’on donne toutes les classes du Ci au Cm2 des livres adaptés, pour toutes les matières. Et, en ce moment, on pourrait, si les enseignants  ne font pas correctement leur travail, les sanctionner» a-t-il préconisé.
 
Toutefois, le syndicaliste n’absout pas ses camarades de tout pêché  dans cette situation tragique que traverse l’école sénégalaise. Pour lui, l’enseignant doit opposer aux défaillances  de l’Etat, sa volonté  et son abnégation. «Même si l’Etat est laxiste en ce qui concerne le matériel didactique, les enseignants doivent également s’ouvrir aux outils  informatiques. Nous sommes dans un village planétaire. Il y’a des plateformes pédagogiques qui sont partagés,  ils doivent avoir  également cette capacité de s’auto former pour pallier  aux défaillances de l’Etat.
 
Tout en reconnaissant  la pertinence  de la  réforme, le responsable syndical n’en dénonce pas moins  le pilotage  à vue et le tâtonnement de ceux qui sont chargés de la mettre en œuvre. «La réforme majeure est mal utilisée par certains inspecteurs, par les enseignants. Mais qu’est-ce qu’on va administrer aux enfants ? On tâtonne ! Et au finish, les enfants ne sauront absolument rien faire, ni lire, ni avoir un esprit scientifique. C’est ça la réalité. La réforme en soi, est une réforme majeure, notamment l’approche par les compétences. Parce qu’on pousse les enfants à un savoir-faire et un savoir être. Donc, puisse que cette réforme est bonne, il faudrait l’encadrer. En quoi faisant ? En mettant les moyens et ne pas dépendre de l’aide extérieure. C’est une réforme majeure, d’autorité, républicaine, il faudrait que l’Etat mette les moyens, mette de l’argent pour acheter assez de matériels didactiques, former les formateurs, former les formés que sont les enseignants et mettre un dispositif d’évaluation, et évaluer les enseignements apprentissages que les maîtres dispensent tous les jours», a suggéré  M. Faty    



PUBLICITE

Autres articles
L'ADIE VEUT INSTALLER 50 SALLES MULTIMÉDIA DANS DES COLLÈGES ET LYCÉES  APS  - mer. 06 janv. 2016
UN NOUVEAU FONDS POUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET TECHNIQUE  APS  - mer. 16 déc. 2015
Afrique : Aller à l'école ne signifie pas apprentissage  Madagascar Tribune  - mar. 29 sept. 2015
L'Afrique manque d'électricité et d'universités, mais pas de forums ni de conférences  Sen 360  - mer. 09 sept. 2015
Plus de 300.000 migrants ont traversé la Méditerranée depuis janvier  Le Figaro  - vend. 28 août 2015
 
Nom d'utilisateur :
Mot de passe :
Mot de passe oublié ?
Créer un compte CV


    TOP ARTICLES DE LA SEMAINE


Les plus lus
Les plus commentés



Actualités Emploi Formation Entrepreneuriat Nos Concepts Nos Services
Global Management Challenge
Guide de l'Entrepreneur Les Trophées de l'Excellence
Investir en 2012    
Economie & Finance E-Business Plan    
Sciences et Technologies DRH Corner      
Sports Conseils RH      
Politique          
Santé          
Arts et Culture          
Copyright © 2004-2013 - Educarriere.net - Tous droits réservés
Contacts : +237 33 42 95 23 +237 94 01 41 94 - Email : sn@educarriere.net